SUBSCRIBE to ACP PULSE
Accueil

Les 107 pays ACP et de l’UE passent aux actes en matière de gouvernance mondiale

Version imprimableversion PDF

BRUXELLES| LOMÉ (IDN/ PRESSE ACP) – Les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et ceux de l’Union européenne passeront de la parole aux actes dans le domaine de la gouvernance mondiale en organisant des activités communes lors des conférences de l’Organisation des Nations Unies prévues cette année, selon les coprésidents du Conseil des ministres conjoint ACP-UE.  

Le Conseil a publié une déclaration conjointe réaffirmant son engagement en faveur du  Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies, et de la réalisation des objectifs à long terme de l’Accord de Paris sur le changement climatique.

Le Groupe ACP et la partie européenne ont marqué leur accord pour mener des activités conjointes dans le cadre des événements suivants : le Forum politique de haut niveau (HLPF) sur le développement durable prévu en juillet  ; le Sommet des dirigeants sur le Pacte mondial prévu en septembre ; et la 24e  session de la Conférence des Parties (COP24) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui se tiendra en décembre.

La ministre des Affaires étrangères et du Commerce extérieur de la Jamaïque, Kamina Johnson Smith, et la Vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères de la Bulgarie, Ekaterina Zaharieva, ont déclaré que les activités conjointes ACP-UE faisaient partie des initiatives visant à préparer le terrain pour un accord post-Cotonou  destiné à renforcer le partenariat entre le Groupe ACP et les 28 États membres de l’Union européenne. 

Ces deux personnalités s’exprimaient lors d’une conférence de presse conjointe organisée à l’issue de la session  du Conseil des ministres ACP-UE de deux jours, qui s’est achevée le 1er juin à Lomé, la capitale du Togo, en Afrique de l’Ouest. 

L’Accord de Cotonou, adopté en 2000 pour faire suite à la Convention de Lomé  de 1975 et à l’Accord de Georgetown , expire en février 2020. Les travaux ont déjà démarré pour poser les jalons du futur partenariat entre les pays ACP et l’UE. L’Accord actuel prévoit l’ouverture des négociations pour la fin d’août 2018 au plus tard. 

Dans cette perspective, les ministres ACP ont adopté le 30 mai à Lomé, un mandat de négociation en vue d’un accord post-Cotonou avec l’Union européenne, qui souligne que le Groupe ACP « entreprendra en tant qu’entité unique, les négociations avec les États membres de l’UE et la Commission européenne en vue d’un accord appelé à remplacer l’Accord de partenariat actuel. »

Les ministres ACP veulent un accord post-Cotonou global s’appuyant sur une réévaluation du partenariat ACP-UE par rapport aux réalités économiques et géopolitiques d’aujourd’hui, qui sont radicalement différentes de celles qui prévalaient en 1975 au moment de la signature de la première Convention de Lomé entre les neuf États membres de la CEE de l’époque et les 46 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Depuis lors, le nombre de pays membres du Groupe ACP est passé à 79,  et celui de l’UE à 28, et bientôt à 27, après le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit) en mars 2019.  Le Brexit entraînera la perte de la contribution du Royaume-Uni au budget du Fonds européen d’investissement (FED).

Les ministres ACP ont par ailleurs mis en lumière les divergences de priorités entre les nouveaux États membres, aussi bien du côté du Groupe ACP élargi que de l’UE dans sa configuration actuelle,  ce qui nécessite une adaptation  de l’Accord de partenariat ACP-UE.

Dans le même temps, de nombreux États membres ACP figurent désormais dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire (PRI), alors qu’ils restent confrontés à des défis structurels majeurs liés aux inégalités, à la pauvreté, au sous-développement et à la vulnérabilité croissante qui touchent également les pays les moins avancés (PMA). Toutefois, les pays ACP ont un dénominateur commun, à savoir leur objectif partagé d’œuvrer pour un développement économique durable au bénéfice de leurs populations.

À Lomé, le Conseil des ministres conjoint ACP-UE a examiné la situation des pays à revenu intermédiaire en évoquant notamment le « piège du revenu intermédiaire », qui signifie que lorsqu’un pays sort de l’extrême pauvreté pour intégrer la catégorie des pays à revenu intermédiaire, il risque d’être bloqué à ce stade et cesser de progresser pour devenir des pays à revenu élevé, mettant ainsi   en péril la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Ce Programme, adopté par la communauté internationale en septembre 2015, vise à réaliser 17 objectifs de développement durable (ODD) et 169 cibles. Il s’agit d’un plan d’action en faveur des populations, de la planète et de la prospérité, qui entend également renforcer la paix universelle dans une plus grande liberté, ce qui montre la portée et l’ambition de ce nouvel agenda mondial.

L’Accord de Paris de décembre 2015 s’appuie sur la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et rassemble, pour la première fois, toutes les nations autour d’une cause commune consistant à entreprendre d’ambitieux efforts pour lutter contre le changement climatique et s’adapter à ses effets, avec un soutien accru pour aider les pays en développement à y parvenir. Ainsi, cet accord impulse une nouvelle direction aux efforts mondiaux en matière de climat.

La déclaration conjointe ACP-UE souligne la fréquence et la gravité croissante des catastrophes naturelles qui ont récemment frappé de nombreux pays ACP, notamment le cyclone tropical Gita dans le Pacifique, les ouragans Irma et Maria dans les Caraïbes, et la sécheresse qui a sévit dans la Corne de l’Afrique et en Afrique australe.

À cet égard, la déclaration note avec une « profonde inquiétude » que les effets cumulés des contributions déterminées au niveau national, ne sont pas encore suffisants pour tracer un profil d’évolution vers la réalisation de l’objectif à long terme de limiter à moins de 2° C la hausse de la température mondiale moyenne par rapport aux niveaux préindustriels, et de poursuivre les efforts menés pour contenir cette hausse à 1,5° C.

Elle réaffirme en outre les engagements pris par tous les pays pour renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique.  De plus, elle pointe la nécessité urgente de créer des environnements favorables par la mise en place de cadres réglementaires, et d'investir dans des mesures de changement plus radicales.

Les ministres ACP et de l’UE reconnaissent les efforts déployés par de nombreux pays pour mettre en œuvre le Protocole de Kyoto, et encouragent les pays qui ne l'ont pas encore fait à ratifier l’Amendement de Doha.

La déclaration conjointe se félicite également de la dynamique grandissante à l’échelle mondiale pour accélérer la transition vers un développement avec de très faibles émissions de gaz à effet serre et des économies résilientes au changement climatique.  Elle soutient les efforts inlassables que mènent à cet égard les États ACP et de l’UE, notamment aux niveaux régional et national,  et par le biais des acteurs non étatiques. 

Les deux parties attendent avec intérêt des preuves supplémentaires du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)   et, en particulier, le Rapport spécial de ce Groupe sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels et les profils connexes d’évolution des émissions de gaz à effet de serre. 

Les ministres ACP et de l’UE saluent le lancement du Dialogue de Talanoa visant à évaluer les efforts des différentes Parties, en relation avec les avancées vers la réalisation de l’objectif à long terme en matière de température, et à  éclairer l’élaboration des contributions déterminées au niveau national conformément à l’article 4.8 de l’Accord de Paris.

Les ministres ACP et de l’UE demandent en outre au Groupe de travail spécial de l’Accord de Paris d’accélérer la mise au point de son programme d’activités afin d’achever l’exécution de son mandat lors de la 24e session de la Conférence des Parties (COP 24) prévue à Katowice (Pologne), du 3 au 14 décembre 2018.
 
Les ministres soulignent que la feuille de route convenue pour la mise en œuvre de l'Accord de Paris doit :
 
- être solide et complète, et préserver l’intégrité de l’Accord ;
- couvrir tous les aspects de l'atténuation, de l’adaptation, et des moyens de mise en œuvre et de soutien,  de façon adaptée et équilibrée, conformément au mandat de l'Accord ;
- être applicable à toutes les parties ; et
- fournir un cadre commun de transparence pour le suivi des progrès réalisés, en s’appuyant sur une flexibilité intégrée pour prendre en compte les différences de capacités, et s’inspirer de l'expérience collective.
 
La déclaration conjointe rappelle que l’Accord de Paris sera mis en œuvre de façon à refléter les principes d’équité et de responsabilités communes mais différenciées, et selon les capacités respectives, tout en tenant compte des diverses circonstances nationales. 
 
Elle accueille avec satisfaction la décision de la COP23 d’explorer un large éventail d’informations, de contributions et de vues sur la façon de faciliter la mobilisation et la fourniture de l’expertise, ainsi que  l’amélioration du soutien , notamment en termes de financements, de technologie et de renforcement des capacités, afin d’éviter, de minimiser et de résoudre le problème des pertes et dommages liés aux effets néfastes du changement climatique, y compris les phénomènes météorologiques extrêmes et à évolution lente.
 
Les ministres ACP et de l’UE saluent le lancement du programme Intra-ACP (2018-2022) de l’Alliance mondiale contre le changement climatique Plus, une initiative du Groupe ACP financée à hauteur de 70 millions d’euros au titre du Fonds européen de développement , destinée à aider les États ACP à mieux faire face au changement climatique.  
 
Ils se félicitent également du programme Intra-ACP sur les services liés au climat, un projet élaboré par le Groupe ACP, également financé par le FED à hauteur de 85 millions d'euros, visant à renforcer les capacités des organisations hydrométéorologiques régionales afin qu’elles tirent parti de l’accès complet et illimité aux données à haute résolution ainsi qu’aux informations à valeur ajoutée du Programme d'observation de la Terre Copernicus de l'UE.
 
Les ministres ACP et de l’UE réitèrent en outre leur engagement à s’appuyer sur les efforts conjoints qui soutiennent des actions ambitieuses en faveur du climat, et à rechercher de nouvelles occasions pour collaborer et mobiliser de nouveaux investissements en vue de la mise en œuvre intégrale et efficace de la CCNUCC et de l'Accord de Paris.
 
Enfin, les ministres affirment leur intention d'intensifier leur collaboration dans les enceintes internationales sur des sujets spécifiques d’intérêt commun, en mettant un accent particulier sur la COP24.
 
Presse ACP / IDN-InDepthNews 
 
 


Avenue Georges Henri 451
B - 1200 Bruxelles - Brussels
Belgique - Belgium
email : info@acp.int
Tel: +32 2 743 06 00
Fax: +32 2 735 55 73
see map/voir plan

ACP Events
« septembre 2018 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Diffusion vidéos

Symposium à l'occasion de la commémoration du 40e anniversaire de la création du Groupe ACP

ACP Public Documents
Notice


The ACP Group is a registered trademark. The ACP logo and material on this site are protected by copyright laws and international treaty provisions. Unauthorised use of the ACP logo or copyright material without written permission is punishable by law.